Chiens non admis

Chiens non admis [113]

Version imprimable

En tant que responsable RH d'un hôpital, vous recevez la candidature d'une personne malvoyante qui se déplace avec un chien d'assistance. Vous cherchez un-e téléphoniste et ce monsieur a une expérience utile de deux ans. Il est par ailleurs parfaitement autonome dans son travail. Vous ne doutez pas de ses qualités mais vous refusez sa candidature en raison des consignes d'hygiène en vigueur dans l'hôpital : les chiens ne sont pas admis.

Chiens non admis

avis juridique

Avis juridique: 

Il existe des décrets et ordonnances qui établissent qu'il faut accepter les chiens d'assistance car cela constitue un aménagement raisonnable. Ces décrets précisent que ce refus d'aménagement raisonnable est considéré comme une discrimination. L'ordonnance de 19 avril 2012 à Bruxelles et l'Arrêté du Gouvernement wallon du 21 septembre 2011 en Wallonie spécifient qu'il faut aussi accepter les chiens d'assistance en cours de dressage, accompagnés par un instructeur ou leur famille d'accueil. 

L’aménagement raisonnable

Toutefois, il faut toujours analyser la situation au cas par cas et évaluer le caractère raisonnable d’une telle mesure. Des dérogations aux textes légaux existent qui permettent d’interdire l’accès aux chiens d’assistance pour des raisons liées à l’hygiène ou la sécurité et ce lorsqu’il s’agit de locaux ou parties de locaux spécifiquement consacrés à l’administration de soins ou à la réalisation d’actes médico-techniques ou encore des locaux consacrés à la préparation d’aliments. Dans cette situation, comme le poste de téléphoniste n’implique pas la présence de la personne dans les locaux de soins, le chien d’assistance ne devrait pas poser de problème en matière d’hygiène et constituerait donc un aménagement raisonnable au sens des législations antidiscrimination.

conseil au manager

Conseil du manager: 

Dans d’autres situations de ce type, pour ne pas exclure un-e candidat-e pour le motif de son handicap, il est souhaitable d'examiner des solutions alternatives. Les restrictions d'accès aux lieux ouverts au public sont extrêmement limitées parce que le chien d’assistance de la personne handicapée est indispensable à ses déplacements, à sa sécurité et à son autonomie. Un chien d’assistance n’est pas un chien de compagnie : il est dressé pour accompagner la personne handicapée dans ses déplacements et l’aider dans certains actes de la vie quotidienne. Il est dressé afin de rester calme dans des situations stressantes et à rester propre.

Il existe de nombreux aménagements pour les travailleur-euse-s malvoyant-e-s / aveugles : une étiqueteuse en braille qui permet d'identifier les objets et lieux, logiciels de lecteur d'écran et clavier en braille permettant d'utiliser un ordinateur, etc. L'aménagement doit être efficace, permettre une participation égale et autonome et assurer la sécurité de la personne "handicapée" et de son environnement.

Pour tout conseil technique, toute orientation professionnelle, toute mesure compensatrice, il convient de contacter les Fonds régionaux de la Région où le-la travailleur-euse habite :
Pour la Région wallonne: https://www.aviq.be
Pour la Région bruxelloise : http://www.Phare.irisnet.be
Pour la Région flamande : http://www.vdab.be/arbeidshandicap
Pour la Communauté germanophone : http://www.dpb.be

Identifiez-vous :
login ou inscription

Ajoutez votre propre bonne pratique Le modérateur mettra en ligne votre commentaire si les règles sont respectées.

Comment: 
Nous avons une secrétaire de direction aveugle qui a un chien qui l’accompagne. Les animaux étant interdits dans nos locaux, nous avons repensé l’aménagement des départements et des bureaux puis nous avons aménagé son bureau et celui du directeur pour lequel elle travaille au rez-de chaussée. Le chien a facilement accès à l’extérieur et notre secrétaire ne doit pas traverser tout le bâtiment avec son chien pour travailler et le chien ne dérange personne. C’est plus simple pour elle et le fait d’avoir repensé les départements nous a permis d’améliorer la façon de communiquer de tout le monde.