Brochure eDiv sur les aménagements raisonnables

Brochure eDiv sur les aménagements raisonnables

Vous pouvez télécharger ou imprimer la brochure sur les Aménagements raisonnables et la diffuser. 
 
Comment se déroule une demande d’aménagement raisonnable au travail?
 
Le schéma dans la brochure explique quand une personne a droit à un aménagement raisonnable au travail.

  • Commençons par le numéro 1 : la personne est-elle en situation de handicap, oui ou non ? Si vous avez un doute sur ce qu’est un handicap, référez-vous à la définition en vert.

o    Si la réponse est non, vous pouvez alors refuser l’aménagement. La question mérite d’être étudiée, car la réflexion sur les aménagements raisonnables peut améliorer le fonctionnement d’une entreprise.
o    Si la réponse est oui passez à l’étape 2.

  • A l’étape 2, vous vous intéressez aux besoins de la personne. Vous lui expliquez que vous allez d’abord les lister ensemble et ensuite analyser ce qui est effectivement possible.
  • Vous poursuivez ensuite vers l’étape 3.

o    A l’étape 3, vous prenez note de tous les aménagements qui pourraient aider. Vous analysez s’ils répondent aux critères de qualité. Vous voulez en effet vous assurer qu’il s’agit de bons aménagements pour le demandeur. Vous en faites une liste et vous passez à l'étape 4.

  • A l’étape 4, vous allez analyser le caractère raisonnable de chaque aménagement demandé.

o    Vous allez l'évaluer sur base du coût, de l'impact sur l'organisation du travail et les collèges, de la fréquence et la durée d'utilisation, et enfin de l'existence éventuelle de solutions alternatives pour répondre aux besoins de la personne.
o    Si un aménagement n’est pas raisonnable, vous pouvez le refuser sans que cela ne constitue une discrimination. Vous analysez alors les autres aménagements possibles
o    Si un aménagement est raisonnable, vous marquez votre accord et vous le mettez de préférence par écrit.
o    Nous vous conseillons aussi d'en informer les collègues, avec l'accord de la personne en situation de handicap et de préférence en sa présence, en réunion d'équipe par exemple. Vous expliquez qu'il s'agit là d'un droit, et non d'un privilège.
o    Finalement, nous vous conseillons de fixer un moment d'évaluation. Il se peut que en effet les besoins de la personne évoluent, auquel cas nous vous invitons à faire une nouvelle analyse de situation afin de trouver l'aménagement adéquat.

eDiv