Passer au contenu principal

Résultat de la recherche

Mesures disciplinaires

L'employeur a tout intérêt à rapidement détecter une situation de discrimination et à y réagir de manière adéquate*. Les sanctions disciplinaires sont un moyen d'agir contre les discriminations sans devoir recourir immédiatement à la plus lourde sanction, à savoir un licenciement.

L’employeur doit respecter un certain nombre de conditions pour mettre en place des sanctions disciplinaires. Voici les quelques principes de base :

  1. Le règlement de travail doit mentionner que des sanctions sont possibles en cas de discrimination et de harcèlement fondés sur un critère protégé par la loi. L'employeur peut prévoir une clause antidiscrimination qui renvoie aux lois antidiscrimination et à la loi sur le bien-être au travail. Il peut aussi aller au-delà de la législation et créer une culture d'entreprise respectueuse des travailleurs, des fournisseurs et des clients quels que soient leur origine nationale, sexe, orientation sexuelle, religion, etc. 

  2. Dans ce règlement du travail, l’employeur doit prévoir une liste des sanctions auxquelles la personne s'expose en cas de violation de la clause de non-discrimination:
    • blâme (avis écrit, note dans le dossier personnel) ;
    • révocation d'un bonus ;
    • amende (avec montant maximum et qui serait utilisé pour le personnel) ;
    • suspension avec perte de salaire (1 à 3 jours) ;
    • etc. Il n'est pas nécessaire de spécifier à l'avance quelle sanction s'applique à quelle discrimination.

      En effet, la sanction doit être proportionnelle à la gravité du comportement discriminatoire et dépend donc du contexte et des faits concrets.

  3. La sanction disciplinaire doit être communiquée au travailleur responsable d'une discrimination le premier jour ouvrable après que la personne responsable de la surveillance (direction, RH, chef d'équipe) ait pris connaissance de la discrimination. Sinon, la peine pourrait être déclarée nulle et non avenue. La prise de connaissance des faits peut donc se produire après les faits discriminatoires. Mais il est important de réagir rapidement. Une procédure de déclaration interne et un devoir de signalement de la part des fonctions dirigeantes sont des solutions intéressantes.

  4. L'employé qui souhaite contester une sanction pour discrimination doit pouvoir être entendu. La réglementation du travail doit prévoir une procédure pour offrir à l'employé le droit au récit.

    * Si les employés discriminent, l'employeur court non seulement d’importants risques juridiques et financiers (action en cessation, responsabilité civile pour le versement de dommages-intérêts, exclusion des marchés publics,...), mais il prend le risque de voir ternir l'image de son entreprise. En outre, des pratiques discriminatoires peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour l'employeur. Elles peuvent renforcer les tensions qui risquent de:
    • perturber la bonne organisation du travail;
    • augmenter le risque d'accidents du travail;
    • engendrer une perte de rendement suite à la démotivation ou aux absences pour cause de maladie;
    • créer une culture d'entreprise où les compétences et l’aptitude des travailleurs se trouvent subordonnés à d'autres critères, etc.


Articles liés

Clause de non-discrimination

Modèle de clause: 
En cas de non-respect par l’utilisateur de ses obligations légales ou des conditions générales, comme le non-paiement, l’entreprise de travail intérimaire a le droit, sans être redevable de dommages et intérêts quelconques, de considérer les contrats en cours comme dissous et de retirer immédiatement ses travailleurs intérimaires.
 
Plus spécifiquement, si l’utilisateur se rend coupable à l’égard des travailleurs intérimaires occupés dans son entreprise d’une discrimination, entre autres, sur base du

  • genre
  • origine nationale ou ethnique
  • couleur de peau
  • handicap ou état de santé
  • âge
  • conviction religieuse ou philosophique
  • orientation sexuelle* 

ou si l’utilisateur demande à l’entreprise de travail intérimaire de traiter les candidats ou les travailleurs intérimaires de manière discriminatoire, comme spécifié ci-dessus, l’entreprise de travail intérimaire sera autorisée à considérer les contrats en cours comme dissous. L'effet sera immédiat après l’envoi d’une lettre motivée envoyée en recommandé: l'entreprise de travail intérimaire sera autorisée à retirer immédiatement ses travailleurs intérimaires, sans être redevable de dommages et intérêts quelconques. 
 
Si l'utilisateur maintient ses critères discriminatoires ou signale qu'il va s'adresser à une autre entreprise de travail intérimaire si l'on ne donne pas suite à sa demande, l’entreprise de travail intérimaire peut communiquer les données personnelles de l'utilisateur responsable à:

  • un organisme public compétent en matière d'égalité de traitement ou un syndicat (en vue d'assurer le suivi juridique, entres autres de porter assistance aux personnes lésées) et/ou
  • les services d’inspection compétentes (entre autres en vue de constater la discrimination).

* tels qu’ils sont spécifiés notamment dans la loi contre le racisme du 30 juillet 1981, la loi générale antidiscrimination du 10 mai 2007, la loi genre du 10 mai 2007 et la réglementation régionale antidiscrimination



en savoir plus

Articles les plus lus

Brochure eDiv sur la loi

Vous pouvez télécharger et distribuer la brochure eDiv Loi. Le pdf est accessible pour des lecteurs d'écran. 

Vous aimeriez imprimer la brochure? Utilisez cette version-ci.



en savoir plus
© Unia • Centre interfédéral pour l’égalité des chances • www.ediv.be